Ôtrement
logo
vous souhaite la bienvenue

VOIR LES CHOSES… Ôtrement !

La SAS Ôtrement existe juridiquement depuis le 1er octobre 2014, date à laquelle l’actuelle dénomination sociale a été adoptée. Mais il faut faire remonter son origine plus en arrière, en 1977, année de la création de la SARL Le Semeur Hebdo, voire même en 1944 avec la création de la Société Le Semeur.

C’est en effet à la Libération qu’une petite équipe crée la société en charge de l’édition d’un hebdomadaire chrétien d’information pour le Puy-de-Dôme, Le Semeur, devenu plus tard Le Semeur Hebdo. En 1977, une SARL est mise en place par cinq actionnaires indépendants qui continuent la publication de l’hebdomadaire. Ainsi, chaque vendredi, cinquante mille lecteurs sur le département (sans compter les expatriés !) peuvent prendre connaissance de tous ces petits riens qui font la vie quotidienne de leurs contemporains.

Fin septembre 2014, le journal est cédé à la Société Nouvelle Semeur Hebdo (SNSH), filiale du groupe Presse et Médias du Sud-Ouest (PMSO), basé à Bordeaux et déjà éditeur de plusieurs hebdomadaires.

Du fait de cette cession, la SAS Le Semeur Hebdo doit changer de nom et devient la SAS Ôtrement. Son objet social est très large, avec cependant deux points forts : l’événementiel et l’édition.

En ce qui concerne l’événementiel, la société se spécialise dans l’organisation de colloques, dont le principal reste chaque année, fin janvier, Les Journées Internationales Saint François de Sales, rassemblement unique de journalistes, collaborateurs, observateurs des médias et universitaires du monde entier pour trois jours de réflexion sur un thème donné. À Lourdes, en janvier 2018, 317 participants, venant de 26 pays différents, ont ainsi échangé, en présence du Cardinal Pietro Parolin, Sécrétaire d’État du Vatican, sur le sujet : « Médias et vérité ». La SAS Ôtrement a apporté son concours au succès de l’événement en assurant toute la logistique des réunions, le déplacement, le logement, la restauration des intervenants et congressistes français et internationaux.

Mais l’autre activité de la SAS Ôtrement – qui nous intéresse principalement ici à travers ce site – est l’édition de livres. Ce n’est pas une activité entièrement nouvelle puisque, avant 2014, déjà, la SAS Le Semeur Hebdo avait exploré ce domaine avec la publication de plusieurs ouvrages sous le vocable des Éditions du Semeur Hebdo. La SAS Ôtrement a d’ailleurs conservé les droits d’édition et de vente de l’ancienne société, qui n’étaient pas inclus dans la cession du journal hebdomadaire.

Aujourd’hui, la SAS Ôtrement vous propose sa production. Histoire locale, entretiens avec des figures régionales, récits divers émaillent son catalogue. Certains ouvrages sont actuellement épuisés mais devraient être réédités, d’autres sont disponibles, d’autres encore sont en projet ou en préparation.

Investi depuis 1973 dans la société, dont il est devenu au fil des années l’unique propriétaire, Williams Captier, bien connu dans le monde de la presse locale, continue ainsi inlassablement une œuvre qu’il a commencée… au siècle dernier, pour le plus grand plaisir des passionnés de lecture.

Sans plus attendre, poussez la porte virtuelle d’une boutique atypique où vous trouverez forcément votre bonheur…

Bonne navigation et… bonne lecture à toutes et tous.

(*) Entrez « que » !

Si vous êtes ici, c’est que vous n’avez pas hésité à cliquer sur le bouton d’accès à notre site. La formule utilisée – Entrez « que » ! – a pu vous surprendre. C’est juste une tournure de phrase typiquement auvergnate, comme l’essentiel de nos éditions. Il n’était pas rare, dans nos campagnes, pour ajouter à la convivialité et à la chaleur de l’accueil, d’employer cette expression familière signifiant : « Entrez donc, prenez la peine d’entrer ». Aujourd’hui, cette formulation devient plus rare, mais nous souhaitions ici rendre hommage à nos grands-parents qui l’ont si souvent utilisée et faire, au passage, un clin d’œil à Fernand Raynaud, l’inoubliable comique clermontois, qui faisait dire à l’un des personnages de ses sketches : « Si vous descendez, montez donc, vous verrez le petit comme il est grand ».